Rencontre avec David Lagrenet, gérant chez Davidée de Liedekerke

Mon nom est David Lagrenet, je travaille en bâtiment, beaucoup en toiture et ma région principale de travail est le Brabant flamand.

Pourquoi les isolants ALUTHERMO® vous ont intéressés ?

Ça fait 4 ou 5 ans que j’ai découvert Aluthermo® au salon de construction « Batibouw » à Bruxelles. J’avais analysé les plus et les moins et je trouvais les isolants minces Aluthermo® très intéressants surtout parce qu’il n’y a qu’une opération de mise en œuvre. Avec Aluthermo® tu isoles, tu mets la sous-toiture et tu as un pare-vapeur et tout ça en un seul produit.

Comment ALUTHERMO® vous a convaincu ?

J’ai fait un test simple : si vous prenez un échantillon d’isolant, vous placez un briquet en dessous et vous mettez votre main au-dessus, vous pouvez rester 10 minutes et ça va peut-être devenir tiède. Donc cela veut tout dire. La chaleur ne passe pas.

Un autre exemple probant : On a travaillé un jour dans un grenier qui n’était pas du tout chauffé et il y avait une trappe. Le jour où on a eu fini de tout installer, de bien fermer le bas au niveau de la corniche, de faitage et de mur mitoyen, sans chauffer la pièce et rien que par la petite porte où il y avait des fissures, la chaleur cassait déjà le froid.

Ça, c’est ce qui m’a vraiment convaincu de travailler avec ce matériau.

Y a-t-il d’autres points qui sont vraiment avantageux pour vous ?

Il pleut beaucoup en Belgique, cela implique que nous devons travailler rapidement. On déroule l’isolant mince Aluthermo®, on met les contre-lattes et voilà le tout est déjà étanche.

Lorsque l’on place un pare-vapeur, il y a des découpes et des collages à faire, après il faut installer l’isolant et encore après la sous-toiture. Ça prend beaucoup de temps.

Et en Belgique, on n’est pas à la Costa-Brava où il fait clair et sec pendant 3 semaines d’affilées, donc on doit vraiment essayer d’aller vite. Quand on ouvre un toit, on le ferme au plus vite.

Est-ce que ALUTHERMO® offre plus de possibilités que les autres isolants ?

Tout à fait ! Prenons l’exemple d’un toit français qui ressort. Avec ce genre de construction, on n’a pas beaucoup d’épaisseur sur les flancs donc on n’a pas de grandes marges pour isoler si on veut éviter à modifier la structure du toit.

On peut alors utiliser l’isolant mince Aluthermo® Quattro qui possède une épaisseur d’1 cm seulement pour isoler les flancs et les points faibles de la structure et ce,  même si on a utilisé une autre isolation pour la toiture en général. Ceci évite de devoir mettre du 10, 12 ou 15 cm ce qui changerait complètement la morphologie de la toiture, mais également le prix, le devis et la durée du travail.

Est-ce que ALUTHERMO® est parfois la seule possibilité ?

On n’a pas toujours le choix, on ne peut pas toujours monter en épaisseur. Parfois aussi, tout est déjà mansardé à l’intérieur donc on ne peut pas isoler par l’intérieur.

L’isolant mince Aluthermo® convient pour toutes les situations et surtout quand on n’a pas le choix et quand on ne peut pas travailler avec des isolants traditionnels.

Et en conclusion, que pensez-vous d’ALUTHERMO® ?

Cet isolant mince est le « tout-en-un » idéal qui  fait sous-toiture, isolant et pare-vapeur en une opération. Quelle facilité ! Si j’ai le choix, j’utilise l’Aluthermo® sans hésitation !

A la recherche d'une isolation performante, mince et simple à poser ?